dimanche 11 juin 2017

29 mai/11 juin: Icône de la Mère de Dieu "Confiance des pécheurs" ["СПОРУЧНИЦА ГРЕШНЫХ"]



Dans ce modèle, l'enfant-Dieu est représenté siégeant sur la main gauche de la Toute Sainte, qui tient les deux mains de son Fils dans sa main droite. Mère et Enfant sont couronnés.

Cette icône de la Mère de Dieu "Confiance des pécheurs" fut ainsi nommée à cause des inscriptions conservées sur l'icône: "Je suis la confiance des pécheurs, et mon Fils m'a confié le soin de les entendre, et ceux qui me donnent la joie de les entendre, recevront par moi la joie éternelle."

Cette icône, au milieu du siècle dernier, fut célèbre pour ses miracles au monastère d'hommes de Saint-Nicolas d'Odrino dans l'ancien gouvernement d'Orel. Reléguée dans l'ancienne chapelle à la porte du monastère, en raison de sa vétusté,  cette antique icône de la Toute Sainte n'était pas objet de la révérence à laquelle elle pouvait prétendre. 

Cependant, en 1843, de nombreux habitants la virent en rêve, et l'on découvrit sa puissance miraculeusepar la Providence de Dieu. Elle fut alors solennellement transférée dans l'église. Les croyants affluèrent pour lui demander d'alléger leurs peines et leurs maladies. Ce qu'elle fit en abondance.

Un garçon paralytique fut le premier à être guéri par l'icône thaumaturge lorsque sa mère pria avec ferveur devant elle. Elle fut surtout célèbre lors de l'épidémie de choléra, lorsque par sa sainte intercession, elle ramena à la vie de nombreux malades qui étaient condamnés à une mort certaine.

Un monastère en son honneur fut ensuite construit… Sa fête est au 7/20mars. 

*

En 1848, le pieux Lieutenant-Colonel Dimitri Bontcheskoul fit faire une copie de cette icône miraculeuse et la mit dans son logis. 

Elle se mit rapidement à exsuder du myrrhon qui fit par son onction de nombreuses guérisons de maladies graves. Il donna alors cette icône thaumaturge à l'église Saint-Nicolas de Khamovniki à Moscou, où l'on construisit une chapelle en son honneur. 

Cette icône est commémorée le 29 mai/11 juin.


Version française Claude Lopez-Ginisty

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire